L'Aficion à travers la porte de l'infirmerie des Arènes

C'est avec curiosité et aficion que dans le cadre de Toreria 2013 une partie de la Ternad'ACDT s'est rendue ce vendredi 13 mars à la salle Jean Pons Dieu à ARLES afin de rencontrer le Dr Jean-Michel GOUFFRANT, chirurgien taurin des arènes de Bayonne, Soustons, Saint-Vincent-de-Tyrosse, Vieux Boucau mais aussi Séville, Madrid, Ciudad Rodrigo,...

 

Après avoir lu son livre en une après-midi, un concentré d'Aficion pendant une centaine de pages, cet aficionado chirurgien nous captiva pendant une soirée nous régalant de son aficion, de son savoir, de ses anecdotes mais avec une simplicité dont certains devraient s'inspirer.

 

Après avoir suivi un cursus classique, c'est en intégrant l'hôpital de Bayonne comme chirurgien vasculaire spécialisé dans le foie qu'il se retrouve par hasard dans l'équipe de garde des arènes de Lachepaillet à Bayonne lors des férias et donc des corridas. Depuis il parcourt bénévolement les callejon des arènes et les rues des festejos taurinos en Espagne pour venir en aide aux toreros blessés mais aussi aux nombreux amateurs allant défier les toros dans les rues des villes et villages espagnols.

Des blessures il en a vu tout comme ces dynasties de chirurgiens taurins espagnols que ce soit les CRESPO qui parcourent les villes et villages espagnols avec leur bloc opératoire ambulant ou ces chirurgiens des grandes arènes espagnoles qui se transmettent les clés des blocs opératoires de père en fils.

 

Le Toro est le seul animal auquel l'homme donne le droit de tuer.

 

Le Dr GOUFFRANT explique sa place dans l'arène comme celle du médecin derrière l'arbre attendant l'accident de la route. Ces chirurgiens taurins sont toujours sur le qui vive attendant la blessure dans les callejon des arènes ou les rues des pueblos espagnols (environ 12 000 lâcher de toro ont lieu chaque année en Espagne). Les toreros font une confiance aveugle aux chirurgiens des arènes et sont souvent très reconnaissants comme Antonio FERRERA qui peut citer tous les prénoms des chirurgiens et infirmières l'ayant soigné.

 

"Nous avons aussi nos superstitions, à Bayonne, on ouvre la porte de l'infirmerie pendant le paseo puis la referme quand il se finit"

 

Les blocs opératoires des arènes varient suivant les arènes. Annexes d'hôpitaux dans les grandes arènes espagnoles, transformé en poulailler et difficile d'accès dans des arènes de village, leur but est de permettre aux chirurgiens taurins d'effectuer les premiers soins aux toreros blessés afin de les stabiliser puis les transférer vers l'hôpital le plus proche où ils seront opérés dans de meilleures conditions. En effet en plus d'être parfois exiguë, dans le bloc des arènes se côtoient l'équipe médicale, les membres de la famille du torero, l'apoderado, le mozo de espada en train de recoudre le traje de luces si le torero retournait immédiatement en piste et les journalistes voulant renseigner le grand public au plus vite.

Sur un plan technique d'après le Dr GOUFFRANT cela est tout à fait différent de ce qu'il peut faire habituellement. Il faut ouvrir entièrement la zone traumatique afin d'évaluer le nombre de trajectoire à l'intérieur de la victime puis nettoyer l'ensemble des plaies. Il est nécessaire d'ouvrir entièrement la zone traumatique car même si la corne ne pénètre pas le corps, il peut y avoir des lésions par brulures profondes favorisant les infections par nécrose des tissus. Si la plaie au niveau de la peau à un diamètre de 1cm cela signifie que la corne est rentrée de 10cm, si la plaie mesure 2cm de diamètre la corne est entrée de 20cm dans le corps etc...

La blessure par corne de toro n'est pas comparable à une blessure par arme blanche ou par balle. En effet la corne de toro transmet des micros vibrations liées à la musculature importante des toros et à leur embestida qui mortifient les tissus et font le lit à des gangrènes qui ont tué de nombreux toreros avant l'apparition des antibiotiques d'où la statue d'Alexander FLEMING sur le parvis des arènes de Madrid. Il y a la plupart du temps de nombreuses trajectoires.

 

Les gestes qui sauvent suite à un accident en piste sont en priorité la compression de l'hémorragie et l'évacuation de la victime. Dans le bloc opératoire des arènes les premiers soins sont donnés et la victime stabilisée, puis elle est transférée vers l'hôpital le plus proche où le chirurgien sera plus à même d'effectuer les soins nécessaires. En résumé suite à une blessure par corne la zone traumatique est entièrement ouverte, nettoyée puis refermée et drainée plusieurs jours.

La blessure la plus grave est bien sur le traumatisme artériel qui entraîne une hémorragie qu'il faut traiter au plus vite, il s'agit souvent d'une question de minute.

 

L'anesthésiste me dit "attends pour l'ouvrir que je l'endorme" et je lui ai répondu "mais il est déjà ouvert"

 

Certaines blessures infligées par les toros sont cependant irréversibles, notamment les lésions des cervicales comme l'avait subi Nimeño II en septembre 1989 qui le laissa paraplégique et dont il ne se remit jamais. Au XXème siècle ce sont environ 400 professionnels taurins qui sont décédés dans les arènes.

 

Les plus importantes blessures par les toros qu'a rencontrées le Dr GOUFFRANT ont été lors des festejos taurinos. Encore récemment il eut à traiter une personne le foie sectionné en deux et le rein sectionné suite à une entrée de la corne par le thorax. L'année précédente une personne blessée respirait "par la chemise du thorax et avait l'intestin dans le pantalon".

 

Toutes ces explications techniques étaient accompagnés de détails techniques sur la corrida, la charge du toro,... Une source d'information pour l'aficion.

 

Ce livre écrit par Pierre VIDAL relatant son interview de Jean-Michel GOUFFRANT est un bon préambule à la découverte de cette spécialité et de ces médecins passionnés comme l'ensemble des aficionados et La Terna d'ACDT par un même animal : le Toro.

 

Le livre Médecin de Torero écrit par Pierre VIDAL relatant une interview de Jean-Michel GOUFFRANT aux éditions Gascogne et disponible à la Boutique des passionnés à ARLES.

 

 

Le coup de cœur de la Terna d'ACDT : des conférences en lien avec la corrida remplies d'Aficion et d'informations pour l'Aficionado dont on sort grandi, Jean-Michel GOUFFRANT nous avait captivé dans son livre interview par Pierre VIDAL, notre impression vue confirmé par cette rencontre.

 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0